Rassegna Stampa. Romania, indipendenza della giustizia in pericolo? La Bayer per il glifosato perde 10 mld

Pubblicato il 14 agosto 2018 17:58 | Ultimo aggiornamento: 15 agosto 2018 17:59

Rassegna Stampa. Europa e non solo sui giornali del mondo

Roumanie, indépendance de la justice en danger

La première des trois propositions de loi destinées à réformer la justice a été adoptée jeudi 7 décembre par la Chambre des députés, malgré les esclandres de l’opposition. Deux autres textes doivent suivre d’ici la fin du mois. Adoptés en urgence, ils sont accusés par l’opposition, une partie des magistrats, la diplomatie américaine et le Conseil de l’Europe, de fragiliser la lutte contre la corruption, une des grandes réussites de la Roumanie depuis son adhésion à l’Union européenne, en 2007. Liviu Dragnea, le leader du Parti social-démocrate (PSD) au pouvoir en Roumanie, l’homme fort du pouvoir roumain, a été condamné en 2016 pour fraude électorale – ce qui l’a empêché de devenir premier ministre – est mis en cause dans deux affaires de détournement de fond publics. «Il a peur de perdre la liberté et veut mettre doucement la main sur la justice pour influencer ses conclusions», abonde Dacian Ciolos, ancien premier ministre.

30 000 Roumains à nouveau  dans la rue, demandant la démission du gouvernement de gauche

«A bas le gouvernement ! » et« Justice, pas corruption ! ».Quelque 30 000 Roumains sont de nouveau descendus dans la rue, samedi 11 août à Bucarest, demandant la démission du gouvernement de gauche et exprimant leur colère après les « excès » des forces de l’ordre ayant entaché la manifestation de la veille. Le président roumain de centre droit Klaus Iohannis, en conflit ouvert avec la majorité parlementaire de gauche, a fustigé« l’intervention brutale et disproportionnée » des forces de l’ordre et demandé au parquet général d’ouvrir une enquête. La Roumanie est le théâtre de manifestations régulières depuis un an et demi, avec un pic d’un demi-million de personnes dans la rue en février 2017. Aucun incident violent n’a jusqu’à présent été enregistré. Depuis son retour au pouvoir fin 2016, le PSD a lancé une vaste réforme de la justice qui menace l’indépendance des magistrats et vise à permettre à des responsables politiques d’échapper aux poursuites, selon ses détracteurs. Adoptée en plusieurs volets, cette réforme a suscité les critiques de la Commission européenne et provoqué une vague de contestation d’une ampleur sans précédent depuis la chute du régime communiste fin 1989.

Bayer a perdu 10 milliards de capitalisation boursière après la condamnation de Monsanto

Après le verdict du tribunal, la sanction des marchés : Bayer, propriétaire de Monsanto depuis le mois de juin, a dévissé en Bourse, lundi 13 août. Le cours a perdu jusqu’à 13 %, avant de se reprendre en fin de journée. En quelques heures, le géant allemand a vu partir en fumée 10 milliards d’euros de capitalisation boursière, c’est-à-dire environ 16 % du prix de rachat du semencier américain (63 milliards de dollars, soit 55 milliards d’euros). Cette dégringolade est la conséquence directe du jugement historique rendu vendredi 10 août par la justice américaine, qui a condamné Monsanto à verser 289,2 millions de dollars (254 millions d’euros) d’indemnités à  à Dewayne Johnson, un jardinier américain atteint d’un cancer qu’il attribue au glyphosate, herbicide phare de la firme. nterrogé, Bayer s’est refusé à commenter la perte essuyée en Bourse. Le groupe maintient que la décision du juge américain est en contradiction avec « le poids des preuves scientifiques, les décennies d’expérience en situation réelle et les conclusions des régulateurs autour du monde qui, toutes, confirment que le glyphosate est sûr et ne cause pas le lymphome non hodgkinien », a précisé un porte-parole, lundi. Le groupe mise sur le fait que le jugement sera cassé en appel.

App di Blitzquotidiano, gratis, clicca qui

Ladyblitz – Apps on Google Play

Donald Trump’s Iran policy is a threat to European security

It’s very possible that we will soon be talking about the Iran crisis. The country is restless. In many Iranian provinces, people are rising up to protest water shortages, bread prices, unemployment and nepotism. They protest with anger and distress. Crippling inflation is sending food prices soaring as the currency collapses. Iran’s economic crisis is rooted in both domestic and international problems a result on the one hand of mismanagement and corruption but also of years of sanctions and isolation. The harsh sanctions United States President Trump now plans to reimpose will serve only to worsen the crisis. Iran isn’t the only country made unstable by Trump’s foreign policy either. His provocative, unilateral support for Saudi Arabia and Israel has hardened the fronts in the region.

Voting by Smartphone, just not very secure

The state of West Virginia has chosen now, of all times, to introduce smartphone voting.A small number of Americans will be able to vote in the midterm elections this November by taking a selfie-style video and downloading an app. West Virginia is the first and only state to test out Voatz, a voting app for smartphones. No one can say with certainty whether Voatz’s app is secure.The technology that has previously been used in U.S. elections is considered problematic. Unlike German federal elections, in which pen and paper are used, a variety of electronic voting systems are deployed in America. Not all of them allow for paper recounts. Experts see the aging of American voting-booth computers as a “hair-raising” security problem. And, as the Voatz case shows, the situation doesn’t necessarily improve when a state seeks to adopt more modern technology.

Tutte le notizie di Blitzquotidiano in questa App per Android. Scaricatela qui

Tutte le notizie di Ladyblitz in questa App per Android. Scaricatela qui

Financial Times  Turkish business calls on Erdogan to heal US rift Turkish business calls on Erdogan to heal US rift

Financial Times  Russia’s Lavrov accuses US of ‘abandoning diplomacy’ during Turkey talks